• koreaobserver.com

    Un marathonien d'origine kényane Pour représenter la Corée du Sud aux Jeux Olympiques?

    koreaobserver.com

    La communauté de l'athlétisme est divisé plus ayant un marathonien d'origine kenyane course pour la Corée du Sud au Jeux olympiques comme un citoyen naturalisé.

    Wilson Loyanae Erupe, un 26-year-old du Kenya, est arrivé en Corée du Sud, mardi, pour rejoindre un club d'athlétisme géré par l'Office du comté de Qingyang dans le sud de la province de Chungcheong.

    Il envisage d'entrer 2015 Gyeongju Marathon International le 11 octobre à Gyeongju, Gyeongsang du Nord, et il va commencer à prendre des mesures pour obtenir son passeport sud-coréen après.

    L'Association coréenne des fédérations d'athlétisme va écrire une lettre de recommandation pour Erupe, et le Comité Olympique Coréen examinera la demande.

    Le KAAF croit Erupe peut aider à rendre la Corée du Sud plus compétitifs sur le marathon, et il apporte une solide feuille de route.

    Erupe a couru en quatre marathons internationaux, chacun d'eux en Corée du Sud. Il a remporté le Marathon International de Gyeongju 2011 à 02:09:23 et a pris le Seoul International Marathon 2012 à 02:05:37, le temps le plus rapide jamais à l'événement.

    Après avoir défendu son titre Gyeongju en 2012, a également remporté Erupe Seoul International Marathon de cette année à 02:06:11.

    Son record personnel de 02:05:37 est près de deux minutes plus vite que le record sud-coréenne de 02:07:20, fixé par l'ancien médaillé d'argent olympique Lee Bong-ju en 2000.

    «Je voudrais devenir un citoyen sud-coréen," at-il déclaré aux journalistes en arrivant ici. «Mon objectif est de gagner la médaille d'or pour la Corée du Sud aux Jeux olympiques de Rio de Janeiro 2016. Je serais vraiment heureux de devenir un Coréen du Sud, mais je serais encore plus heureux si je gagne la médaille d'or olympique ».

    les officiels de sports conviennent que l'obtention du passeport ne sera pas beaucoup d'un obstacle pour Erupe, qui a déjà lui-même donné un nom sud-coréen «Oh Joo-han," qui est traduit par «je cours pour la Corée."

    Quand il vient à la sélection éventuelle de l'équipe nationale de Erupe cependant, il semble être une question entièrement différente.

    Un athlétisme officielle, qui a refusé d'être identifié, a déclaré, tandis que les administrateurs du sport soutiennent la sélection de Erupe à l'équipe nationale, les entraîneurs ont tendance à être contre le déménagement.

    Le fonctionnaire a expliqué que les opposants préfèrent voir les coureurs de chez nous tentent de faire revivre la tradition du marathon jadis fière dans le pays plutôt que les athlètes nés à l'étranger.

    Corée du Sud a produit médaillés de marathon aux Jeux Olympiques de back-to-back dans les années 1990. Hwang Young-cho a remporté la médaille d'or aux Jeux de 1992 à Barcelone, tandis que Lee a pris la médaille d'argent par trois secondes à les Jeux Olympiques suivants à Atlanta. Entre les deux, Hwang a également remporté la médaille d'or des Jeux asiatiques en 1994 à Hiroshima.

                                 Wilson Loyanae Erupe, un marathonien né au Kenya qui espère devenir un citoyen sud-coréen, les vagues à caméras après son arrivée à l'aéroport international d'Incheon, le 23 Juin, 2015. (Yonhap)                                   Wilson Loyanae Erupe, un marathonien né au Kenya qui espère devenir un citoyen sud-coréen, les vagues à caméras après son arrivée à l'aéroport international d'Incheon, le 23 Juin, 2015. (Yonhap)

    Ces gloires sont plus qu'un lointain souvenir. Aucune sud-coréen a même disparu sous la marque 02:10:00 depuis Jeong Jin-hyeok de 02:09:28 en 2011.

    Et ceci est où les partisans de la sélection de Erupe voir la nécessité d'une balle dans le bras, une infusion de sang frais - que ce soit la Corée du Sud ou d'Afrique.

    «Notre marathon a vraiment stagné pendant des années", a déclaré le fonctionnaire. "Et je suis sûr Erupe aura un impact positif sur le sport."

    Si la Corée du Sud prend Erupe pour l'équipe nationale, le pays va suivre les traces des autres nations asiatiques - surtout celles riches en pétrole du Moyen-Orient - qui ont les athlètes nés en Afrique naturalisés. À savoir: Femi Ogunode, qui est né au Nigeria, mais représente maintenant le Qatar, a établi le record asiatique dans le 100 mètres avec le temps de 9,91 secondes lors des Championnats d'athlétisme d'Asie sur Juin 4. Il a versé 0,02 secondes de son propre record d'Asie, fixé à 2014 Jeux asiatiques à Incheon en Corée du Sud.

    Seul un sprinter d'origine asiatique, Su Bingtian de la Chine, a couru le 100 mètres sous les 10 secondes, après avoir cadencé 9,99 le 31 mai.

    D'autres exemples peuvent être trouvés à la maison. Dang Ye-seo, né en Chine, a remporté une médaille de bronze de tennis de table dans l'épreuve par équipe aux Jeux olympiques de 2008 à Beijing. Elle est le premier citoyen sud-coréen naturalisé à remporter une médaille olympique.

    En hockey masculin, trois joueurs nés en Amérique nés au Canada et l'autre ont obtenu des passeports sud-coréens, et ils vont probablement jouer pour la Corée du Sud quand il fait ses débuts olympiques d'hiver de 2018 lors de la compétition à la maison dans PyeongChang, province de Gangwon.

    Jim Paek comte, entraîneur-chef de l'équipe de hockey masculin, comme chez ceux qui doutent de l'impact positif de prendre athlètes naturalisés aux Jeux olympiques. Dans une entrevue plus tôt avec Yonhap Nouvelles Agence, Paek a dit, même si les joueurs ayant nés à l'étranger peut aider la Corée du Sud immédiatement, il serait encore aime développer des talents locaux pour l'avenir.

    L'énigme que Paek face peut demander à d'autres sports. Athlètes nés à l'étranger peuvent élever le niveau de jeu et pousser les Sud-Coréens à de plus grandes hauteurs, mais les importations peuvent également emporter opportunités pour les athlètes coréens-né pour jouer et se développer.

    Chang Dal-young, un chroniqueur sportif et un avocat pour la firme de droit local APEX, dit athlètes nés à l'étranger qui sont à la citoyenneté sud-coréenne accéléré seront également confrontés à une certaine réaction du public.

    "Si nous donnons ressortissants étrangers passeports sud-coréens avec les Jeux olympiques ou d'autres compétitions internationales à l'horizon, alors les fans vont les voir simplement comme mercenaires invités à fournir des résultats rapides», a déclaré Chang. "Les sceptiques ne les verra pas nécessairement que les athlètes représentant le pays. En outre, comme nous recevons plus d'athlètes nés à l'étranger, nous devons revoir et à renforcer les processus de sélection de l'équipe nationale ".

    Sous l'ensemble actuel de règles qui régissent les équipes nationales, Erupe ne sera pas éligible pour les Jeux olympiques d'été de 2016. Il a échoué à un test antidopage hors-compétition en 2012 et a reçu une interdiction de deux ans de l'Association internationale des fédérations d'athlétisme au début de 2013.

    Il est retourné à la concurrence plus tôt cette année, mais en vertu des règles de la KOC, un athlète qui a purgé une suspension pour dopage est inéligible pour toute l'équipe nationale pendant trois ans après la fin de la suspension.

    Il est la même règle qui a affecté l'avenir de l'ancien champion olympique de natation Park Tae-hwan, qui restera suspendu jusqu'à ce que Mars l'année prochaine après avoir échoué un test antidopage à l'automne dernier.

    Certains dans la communauté juridique dire la règle KOC est une mesure de la double peine, similaire à la désormais annulée "règle Osaka."

    Initialement adoptée par le Comité international olympique en 2008, la Règle Osaka interdit athlètes qui avaient servi une suspension liée au dopage pendant au moins une demi-année de la compétition aux Jeux olympiques suivants.

    En 2011, le Tribunal arbitral du sport, le plus haut tribunal du sport dans le monde, a statué que la règle Osaka était "une violation de son propre Statut du CIO et est donc invalide et inexécutable."

    La KOC, cependant, a déjà dit qu'il n'a pas l'intention d'amender la règle de sitôt.Il n'a pas bougé pour le parc, une icône nationale et le premier Sud-Coréen à remporter une médaille olympique de natation, et il ne sera probablement pas faire tout mouvement pour Erupe.

    Oh Chang-seok, un ancien entraîneur national de marathon hommes qui agit maintenant comme un agent pour Erupe, pense qu'il croit Erupe peut encore être compétitif pour les Jeux olympiques d'été de 2020 à Tokyo.

    Oh blâmé un vaccin antipaludique qui Erupe reçu sur un bus au Kenya pour le test positif et a déclaré l'athlète est grinçant propre maintenant.

    "Si il avait pris des substances illégales sur le but, il ne serait pas posté une bonne fiche après avoir raté deux ans", a déclaré Oh, professeur au département des sciences du sport à l'Université Baekseok à Cheonan, la province de Chungcheong du Sud. "Il est propre, et il a des déclarations de médecins kenyans pour le sauvegarder."

    Erupe, qui a appelé son test antidopage positif "malheureux", dit-il entraîné dur pendant sa suspension.

    "Bien que la formation et la compétition en Corée du Sud, je devais une bonne impression du pays et de son peuple", a déclaré Erupe. "Je espère devenir un citoyen et de l'aide sud-coréenne marathon ici."