• Pekin 2015 Jours 1

    Mondiaux d'athlétisme: un marathon africain, Mo Farah en or sur 10000

    Pekin 2015  Jours 1

    L'Erythréen Ghirmay Gebreselassie, 19 ans, a créé la surprise en remportant le marathon des Mondiaux d'athlétisme de Péki, ce samedi 22 août 2015.

    C’en est fini de la première journée des Championnats du monde à Pékin. Bolt et Gatlin se sont qualifiés pour les demi-finales du 100 mètres, on les retrouvera ce dimanche en compagnie des Français Vicaut et Lemaitre. Lavillenie s’est qualifié facilement pour la finale du saut à la perche. Mais cette journée a aussi été marquée par les cinq médailles engrangées par l’Afrique, et par la victoire de Mo Farah sur 10 000 mètres.

    À la surprise générale, c’est un Erythréen de 19 ans, Ghirmay Gebreselassie qui s’est imposé sur le marathon, devant un Ethiopien et un Ougandais. Gebreselassie a pris la tête au 36e km, rejoint peu après par Yemane Tsegay. Mais l'Ethiopien a souffert de maux d’estomac et n’a pas pu suivre l’Erythréen qui avait encore des ressourses malgré les 31 degrés qui régnent dans la capitale chinoise. Assez de lucidité, aussi, pour s’emparer d’un drapeau avant d’entrer sur la piste rouge et de couper la ligne en 2h12’27’’. L’Ethiopien Yemane Tsegay est deuxième à 40’’, l’Ougandais Munyo Solomon Mutai troisième à 1’02’’.

    Les marathoniens kényans, eux, n’ont pas pu se mêler à la lutte pour le podium. Le Kenya a donc  voulu se refaire à l’autre bout de la journée, sur le 10 000 mètres. Ses trois coureurs ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour empêcher une nouvelle victoire de Mo Farah. Une vraie course d’équipe qui a d’ailleurs mené Kamworor, Tanui et Muchiri aux 2e 3e et 4e places. Mais encore une fois, le Britannique était le plus fort.

    Petites frayeurs pour Mo Farah 

    Deux fois pourtant, il a failli chuter, se rétablissant in extremis. Deux petites frayeurs sans conséquence sur cette dernière ligne droite irrésistible qui avait permis déjà à Farah de gagner aux J.O. et aux derniers Mondiaux. Il peut maintenant penser au 5000 mètres, le voilà lancé vers un nouveau doublé.

    Seule déception pour lui : la cinquième place de l’Américain Galen Rupp. Son camarade d’entraînement est resté longtemps prostré sur la piste, repensant sans doute aux derniers mois marqués par les accusations de la presse britannique. La BBC avait accusé Alberto Salazar entraineur de Farah et de Rupp de doper ses athlètes. Des accusations démenties par les intéressés.

    Déceptions

    Pour les autres athlètes africains, cette journée s’est déroulée en demi-teinte, hormis la belle performance de Ben Youssef Meïté. L'Ivoirien s’est qualifié pour les demi-finales du 100 mètres à courir ce dimanche en compagnie de Bolt, Gatlin, Vicaut et les autres. En courant en 10"05, Ben Youssef Meïté a égalé le record de Côte d'Ivoire de Wilfried Koffi. Qui a lui été éliminé dès le premier tour.

    À noter aussi l'élimination en qualifications de deux Camerounaises championnes d'Afrique en titre : Joëlle Mbumi au triple saut et Auriol Dongmo au lancer du poids, malgré un record national amélioré d'un centimètre, à 16m85. Parmi les déceptions africaines du jour, on peut encore citer la Burkinabè Marthe Koala qui a abandonné dès la première des sept épreuves de l'heptathlon et le Sénégalais Amadou Ndiaye, bon dernier de sa série sur 400 mètres haies.

    Christophe Jousset/RFI