• Taoufik Mahkloufi

    Taoufik Makhloufi à “liberté” :  “À Pékin, je viserai la médaille d’or’’ 

    Taoufik Mahkloufi

    Profitant d’un court séjour dans sa ville natale à Souk Ahras pour les fêtes de l’Aïd, Liberté s’est rapprochée du champion olympique Taoufik Makhloufi pour faire le point sur la préparation avant les Championnats du monde d’athlétisme prévus du 22 au 30 août 2015 à Pékin. Il revient sur ses dernières performances et sur les difficultés endurées pendant le début de la phase préparatoire.

    Liberté : Tout d’abord Taoufik, quelle est la raison de votre présence ici en Algérie ?

    Taoufik Makhloufi : En fait, je viens faire un break dans le cocon familial ici à Souk Ahras au milieu de mes parents après plus de six mois de préparation à l’étranger. Croyez-moi, il n’y a pas mieux pour se ressourcer en perspective des prochains Championnats du monde d’athlétisme. Et puis cela coïncide avec la période de l’Aïd que je tenais à passer parmi les membres de ma famille. C’est pour moi sacré.

    Je suppose que les habitants de la ville de Souk Ahras n’ont pas manqué de vous soutenir, n’est-ce pas ?

    Vous savez, c’est justement ce genre de soutiens dont un athlète a grandement besoin dans ces moments cruciaux de préparation. Quand vous sortez dehors et que vous voyez tous ces ouled el-bled qui vous encouragent et qui vous exhortent à aller de l’avant, vous avez envie de soulever des montagnes pour eux. Notre peuple est merveilleux, c’est une source de motivation exceptionnelle. Il m’arrive en pleine course de me remémorer le soutien des Algériens et cela me booste… C’est pour les Algériens que je cours… Les rendre heureux me comble de bonheur et me suffit amplement.
    La reprise des entraînements est prévue justement pour quand ?
    Je dois reprendre les entraînements à l’occasion d’un stage prévu à partir du 24 juillet en France, dans la région de Font-Romeu dans les Pyrénées, à la frontière espagnole, en altitude. Selon le programme tracé par mon staff, je devrais rester dans ce camp d’entraînement jusqu’au départ pour Pekin pour les championnats du monde, le 18 août prochain.

                           Taoufik Mahkloufi

    Comment expliquez-vous vos dernières performances alors que vous êtes tout de même passé par une période difficile (maladie) et une reprise des entraînements tardive en raison des problèmes de prise en charge ?

    Il y a une seule explication à ces résultats : le travail. Je me suis bien préparé ces derniers temps, notamment aux USA. N’était la maladie que j’ai endurée et les difficultés administratives avec le ministre des Sports, j’aurais réalisé ces résultats bien avant. Il faut l’avouer, dans les moments difficiles je n’ai pas reçu le soutien nécessaire de la part des responsables, je venais de gagner une médaille olympique, mais après la fête, tout le monde m’a tourné le dos. Je n’ai jamais compris cette indifférence envers un athlète médaillable aux championnats du monde. Pis encore, certains ont même tenté de me casser. Il fallait que je me débrouille tout seul pour sauver la mise, d’où la décision l’hiver dernier de prendre mes bagages pour aller aux USA, à mes frais, pour me préparer. Sans cette prise de décision et les retombées médiatiques qu’elle a suscitée, je suis sûr qu’aujourd’hui je serai toujours en train d’attendre un signe des responsables. Mais bon, passons !

    Justement est-ce que maintenant vous avez des soutiens de la part de la fédération ?

    Taoufik MahkloufiElhamdoulillah, les choses ont changé à ce niveau-là. Je suis en contact permanent avec le DTN, M. Boubrit, le manager Ahmed, Azzoug, et le frère de Morceli, Abderahmene, qui me soutient beaucoup. Franchement, je ne manque de rien.

     

                                                                                                                                                                                               

    Et le MJS ?

    Rien, aucun contact, aucun signe, mais bon il y a la fédération ça suffit. Et puis, pour être franc avec vous, je n’attends rien de personne, si ce n’est que les responsables concernés fassent correctement leur travail dans l’intérêt du pays et non pas de Makhloufi. Pour moi, le plus important, c’est de mettre à la disposition des athlètes, et pas seulement de Makhloufi, les moyens nécessaires pour une préparation de haut niveau et surtout de ne pas mettre des bâtons dans les roues. Le reste on s’en occupe…J’ajouterai une chose :
    Allez-y …
    C’est peut être un trait de caractère chez moi, mais c’est dans les difficultés que j’arrive à me transcender. Avant les Jeux olympiques, j’avais enduré les mêmes obstacles, mais je suis arrivé malgré tout à arracher la médaille d’or. Je suis un battant et très patient, je ne me laisse jamais abattre.
    Sincèrement Taoufik, est-ce que vous en voulez encore à ces gens qui vous ont mis les bâtons dans les roues à quelques encablures des championnats du monde ? 
    Personnellement, pour moi c’est du passé, je les laisse à leur conscience ces gens-là, mais qu’ils sachent qu’ils ont fait du tort non pas à Makhloufi mais à l’Algérie, et ça, personne ne peut l’oublier.

    Il apparaît clairement aussi que l’arrivée de l’entraîneur français Philippe Dupont est pour beaucoup dans le net regain de forme de Makhloufi, n’est-ce pas ?

    C’est sûr, Philippe Dupont est un entraîneur de haut niveau, rompu à la préparation des athlètes de haut niveau. C’est un technicien avec lequel moi-même j’ai souhaité travaillé depuis longtemps, et Dieu merci je suis sous sa main actuellement. C’est d’ailleurs comme un père pour moi, tellement il est proche de moi, il sait tirer le meilleur de moi et possède une méthode de travail impressionnante. C’est quelqu’un de professionnel et de méticuleux. Avec lui, j’apprends chaque jour que Dieu fait.

     

    Philippe Dupont a dit que Makhloufi est capable de remonter sur le podium à l’occasion des championnats du monde, quel est votre avis à ce sujet ? 

    Taoufik Mahkloufi

    Il est clair que l’objectif principal dans les prochains championnats du monde est de monter sur le podium, et pourquoi pas arracher la médaille d’or. Je vise le titre mondial, ni plus ni moins. C’est pour cela que je travaille d’arrache-pied. 
     

    Récemment à Monaco, vous avez réalisé un chrono de 3’28”75, vous sentez-vous encore capable d’améliorer ce temps ? 

    Taoufik Mahkloufi

    Avec l’aide de Dieu, je vais encore améliorer ce temps. Contrairement à ce que pensent beaucoup, la performance de Monaco n’est pas la meilleure à mon avis que je puisse réaliser, je peux faire beaucoup mieux. D’ailleurs, ce jour- là, je n’étais pas dans mon meilleur jour en raison d’une petite douleur au dos. 

    Pour vous, quels sont les athlètes favoris pour le 1500 m à Pékin ?                    Pour moi, les athlètes qui arrivent en finale sont tous favoris. Tout dépendra du mental ce jour-là. Maintenant, il faut dire que Kiprop par exemple qui a dominé la dernière course de Monaco semble bien parti pour être l’un des favoris pour ces championnats du monde. 

     

    Est-ce que vous êtes en contact avec Noureddine Morceli ? 
    En fait, je suis plus en contact avec son frère Abderahmene qui est un grand conseiller pour moi. Avec Morceli, on s’appelle de temps à autre et on s’échange des avis. 


    Un dernier mot pour les Algériens... 
    D’abord, je souhaite une joyeuse fête de l’Aïd à tout le monde. Je remercie tous ceux qui m’encouragent de près ou de loin et qui ne cessent de me pousser de l’avant. Leur soutien m’est très précieux. Je leur promets une chose, je me battrai jusqu’au bout pour réaliser une belle performance à Pékin et pourquoi pas rééditer la grande joie des Jeux olympiques de Londres.

    Taoufik Mahkloufi